André DALBERGUE

André DALBERGUE

Né le 03.11.1922 à Le Raincy

Etudiant au Conservatoire de Musique de PARIS, il entre dans la Résistance, en 1942 – réseau Vengeance -  Son patriotisme lui vient de son père, qui avait fait la guerre de 1914 -18, et avait bien connu le comportement des Allemands.

Dénoncé, il est arrêté le 01.02.1944 à Paris, Gare de l’Est. Il est d’abord emprisonné à la prison de Fresnes ; puis le 16 mai 1944, est déporté au camp du Struthof – matricule n° 17247.

En septembre 1944, il est transféré au camp de Dachau, puis Allach qui est un camp de travail pour l’usine BMW (travail épuisant de jour et de nuit).

Le 25 janvier 1945, il revient à Dachau, en camp disciplinaire – matricule n° 98836. Il attrape le typhus le 01.02.1945 – est transféré à l’infirmerie.

Pendant sa convalescence, le chef d’orchestre allemand du camp, le sachant musicien, lui demande de venir jouer comme trompette dans l’orchestre. Il participe à deux ou trois concerts, dans le camp, jusqu’à la libération de celui-ci, le 27.04.1945. (Une photo prise à cette époque en témoigne).

L’armée du Général Leclerc le fait rapatrier à Strasbourg, puis Paris, où il est définitivement libéré et pris en charge à l’Hôtel Lutétia.

Il part alors dans le Lot, se reposer, et rejoindre ses frères. Puis il remonte à Paris ; recommence à jouer dans des orchestres, puis le 15 janvier 1947, il a l’opportunité d’entrer comme trompette, dans l’Orchestre philharmonique de Monaco, où il a exercé jusqu’à sa retraite, en 1987.

Il est décoré de la Légion d’Honneur, et de la Croix de Guerre.